fbpx

Mon nom est personne (1973)

Western | 116 min
Évaluation:
7.5/10
7.5
Affiche Mon nom est personne (1973)

Information du film

Histoire du film

 

L’action se déroule en 1899 à la fin de la conquête de l’Ouest. Jack Beauregard, interprété par Henry Fonda, est un héros vieillissant qui veut quitter les États-Unis pour aller finir ses jours en Europe. Avant de payer son passage en bateau pour le Vieux Continent, il souhaite venger la mort de son frère Nevada Kid qui exploitait une mine d’or avec un certain Sullivan (Jean Martin), son associé. Sur sa route il croise un jeune aventurier (Terence Hill) qui se présente comme étant « Personne », admirateur facétieux de Beauregard depuis son enfance, qui multiplie les calembours et semble chercher son amitié. Alors que des hommes de main de Sullivan essayent de le tuer, Jack Beauregard est sauvé par l’inconnu qui lui fait part de son admiration en relatant ses exploits passés du temps où Beauregard était un justicier exceptionnel connu dans la région.

Lorsqu’il se rend au cimetière où est enterré Nevada Kid, Jack Beauregard y retrouve à nouveau « Personne » qui semble s’intéresser de près à ses moindres faits et gestes. Au cours d’un faux duel d’intimidation, « Personne » finit par dévoiler à Jack ses intentions. Il veut voir son héros d’enfance accomplir un dernier exploit : affronter à lui tout seul « La Horde Sauvage », une bande de 150 gangsters qui sèment la terreur dans toute la région, afin qu’il entre définitivement « dans les livres d’Histoire ».

Mais Jack Beauregard n’a que faire des rêves d’enfance de Personne. Il rencontre enfin Sullivan qui est aux ordres de la Horde Sauvage pour transformer en or de sa mine l’or volé par la bande.

Au lieu de venger la mort de son frère et tuer Sullivan, Jack accepte les sacs d’or que celui-ci lui donne pour compenser la mort de Nevada Kid. Jack Beauregard rencontre à nouveau Personne et essaye de lui expliquer pourquoi il a accepté l’or et renoncé à venger son frère : selon lui, Nevada Kid était « un salaud de la plus belle espèce qui, pour une poignée de dollars, tirait dans le dos d’un ami ». Devant la déception de Personne, Jack Beauregard essaye de lui faire la morale et de lui expliquer qu’il ne tient pas à entrer dans l’histoire, que le « bon vieux temps » dont parle Personne n’a jamais existé. Il quitte Personne convaincu d’aller prendre un train rempli d’or qui le mènera à son bateau ; mais c’était sans compter sur la malice de Personne qui avait volé ce train et qui lui a préparé une tout autre sortie.

Alors qu’il s’approche du train, il découvre que Personne en est le conducteur et qu’il l’empêche de monter à bord. C’est en voyant la nuée de poussière soulevée par la Horde Sauvage venant attaquer le train que Jack Beauregard comprend que Personne est arrivé à ses fins : lui faire affronter seul la meute de cavaliers. Après une fusillade épique où Beauregard tue des dizaines de bandits en faisant exploser à coups de Winchester les cartouches de dynamite qu’ils gardaient dans les fontes de leur selle, Personne laisse enfin Beauregard monter dans le train. Beauregard demande alors à Personne comment il a prévu de le faire sortir de la légende après l’y avoir fait entrer. Celui-ci répond qu’il n’y a qu’un seul moyen : le tuer. Le lendemain, dans les rues de la Nouvelle-Orléans, Personne et Jack Beauregard s’affrontent en duel devant la foule et devant un photographe venu pour immortaliser cet instant. Jack Beauregard est tué par Personne et le lendemain, sur sa tombe, le restant de la Horde Sauvage venu se venger peut lire « Jack Beauregard, 1848-1899. Personne était plus rapide que lui ».

La voix-off de Jack Beauregard, tel un fantôme, accompagne Personne à travers les rues de la Nouvelle-Orléans jusqu’à une échoppe de barbier où va se renouveler la première scène du film, avec cette fois Personne en victime des bandits à la place de Jack qui lui révèle la morale d’une histoire racontée à Personne par son grand-père et qui prend ici tout son sens. « Ceux qui te mettent dans la merde ne le font pas toujours pour ton malheur, et ceux qui t’en sortent n’agissent pas forcément pour ton bonheur ; mais surtout quand tu es dans la merde tais-toi ! ».

C’est alors que la caméra entraîne le spectateur sur le bateau qui emmène un Jack Beauregard bien vivant vers l’Europe. La voix-off récitait la lettre que le vieux pistolero, revêtu d’habits de marin, est en train d’écrire à Personne, instigateur du duel truqué qui a permis à Jack de « dire adieu à l’Ouest » tout en entrant dans les livres d’Histoire.

Source: Wikipédia

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche Mon nom est personne (1973)

Bande annonce Mon nom est personne (1973)

Western

Avis ( 0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

x
Défiler vers le haut
Aller à la barre d’outils