fbpx

Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur
Photo de Steven Soderbergh.

Informations personnelles

  • Nom de naissance: Steven Andrew Soderbergh
  • Date de naissance: 14 janvier 1963
  • Lieu de naissance: Atlanta (États-Unis)
  • Taille: 1.83 m
  • Nationalité: Américain

Biographie

 

Steven Andrew Soderbergh est un réalisateur, scénariste et producteur de cinéma américain, né le  à Atlanta (Géorgie).

En 1989, il devient le deuxième plus jeune réalisateur, après Louis Malle, à recevoir la Palme d’or, pour Sexe, Mensonges et Vidéo (1989). Soderbergh est un réalisateur prolifique et éclectique par le choix des sujets qu’il aborde dans ses films. Comme il est monteur de formation, un certain nombre de ses films ont une structure narrative non-linéaire. L’alternance de films commerciaux et de projets plus personnels semble caractériser sa trajectoire filmographie.

Soderbergh est le fondateur de la maison de production Section Eight. Il a tourné six films avec l’acteur George Clooney et sept avec Matt Damon (tous deux présents dans la Trilogie Ocean), qui sont ses deux acteurs fétiches.

Il utilise souvent les pseudonymes de Mary Ann Bernard (le nom de jeune fille de sa mère) et Peter Andrews (son père s’appelait Peter Andrews Soderbergh) pour faire respectivement le montage ou la photographie de ses propres films.

 

Jeunesse

Il a suivi ses parents d’Atlanta à Bâton-Rouge en Louisiane. Très jeune, il se fait la main avec des films au format Super 8 avec le matériel prêté aux étudiants de la LSU (Louisiana State University), école dont son père est doyen. Il reçoit une formation de monteur, mais continue alors à s’investir dans des projets de courts métrages et des documentaires. À l’âge de dix-sept ans il part à Los Angeles où il exerce des métiers alimentaires et travaille comme monteur vidéo. Il revient à Bâton-Rouge et réalise un court-métrage documentaire, Rapid Eye Movement qui relate, en noir et blanc, la déception venue de son expérience californienne. En 1986, il réalise un rock-documentaire sur le groupe Yes, 9012 Live, qui lui ouvre quelques portes après qu’il a reçu une nomination aux Grammy Awards.

 

Carrière

L’œuvre de Steven Soderbergh est importante, tant du point de vue de sa production (réalisant un voire deux films par an), de l’éclectisme des sujets qu’il visite (biopic, film policier, thriller, science fiction…), de la profondeur de certains des thèmes qu’il aborde (l’amour et l’altérité dans Solaris (2002)) que de leurs qualités intrinsèques (en plus d’avoir d’obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes de 1989, Sexe, Mensonges et Vidéo a été inscrit au National Film Registry de la bibliothèque du Congrès américain pour son caractère ” culturellement, historiquement ou esthétiquement important “.

 

Débuts dans le cinéma indépendant (1989-1999)

Le premier film de Soderbergh, Sexe, Mensonges et Vidéo (1989), qu’il a lui-même écrit (en 8 jours) et mis en scène, se voit décerner la Palme d’or au Festival de Cannes 1989 et rencontre un grand succès. Il reste, à ce jour (2014), le plus jeune réalisateur, après Louis Malle, à avoir obtenu cette récompense. Avec Quentin Tarantino, il a été le fer de lance de la reconnaissance du cinéma indépendant dans les années 1990, illustré notamment au Festival du film de Sundance.

Face à la pression de cette reconnaissance mondiale, il choisit de tourner des films indépendants, dans des genres variés : le thriller avec Kafka (1991), le drame avec King of the Hill (1993), le policier avec À fleur de peau (1996), et de véritables exercices de style avec Schizopolis (1997) et Gray’s Anatomy (1997), dont le style expérimental ne favorise pas un succès commercial.

Il collabore pour la première fois avec de grands studios avec le thriller Hors d’atteinte (1998), qui connaît un beau succès critique et commercial, avec un George Clooney qui tente de percer sur grand écran et la jeune pop-star Jennifer Lopez. L’année suivante, il réalise le thriller L’Anglais (1999), qui est un échec au box-office, mais confirme un soutien critique.

 

Consécration (2000)

En 2000, il réalise deux énormes succès : d’abord Erin Brockovich, seule contre tous (2000), où Julia Roberts tient le rôle d’un personnage existant réellement : Erin Brockovich, une humble secrétaire qui mit au jour les actes de pollution d’eau d’une grande société de distribution énergétique en Californie. Ce biopic est récompensé par plusieurs nominations à des prix prestigieux, notamment aux Oscars du meilleur film et du réalisateur.

Mais c’est pour son dixième long-métrage, le film choral et kaléidoscopique sur le narco-trafic américain Traffic (2000), et nommé dans les mêmes catégories, qu’il décroche l’Oscar du meilleur réalisateur.

Deux de ses acteurs se voient par ailleurs couronnés d’un Oscar pour leur prestation cette année-là : Julia Roberts, sacrée « Meilleure actrice » et Benicio del Toro, récompensé comme « Meilleur second rôle ».

À partir de là, il devient un réalisateur bankable et peut obtenir des distributions de luxe qui viendront toujours soutenir aussi bien des films grand public que d’autres plus difficiles.

La même année, il fonde avec son ami et collaborateur George Clooney, la société de production Section Eight, avec l’ambition de monter des projets qui leur tiennent à cœur à tous deux, souvent politiques, tout en les protégeant du parcours normal d’un film dans un grand studio.

 

L’ère « Section Eight » (2001-2007)

Le premier film qui sort de cette collaboration est Ocean’s Eleven (2001), remake de L’Inconnu de Las Vegas (1960) de Lewis Milestone.

Suivront des productions réalisées par d’autres Bienvenue à Collinwood (2002), Loin du paradis (2002), The Jacket (2005), et notamment les deux premières réalisations de George Clooney : Confessions d’un homme dangereux (2002) et Good Night and Good Luck (2005).

Ensuite, il tourne deux films plus risqués, mais avec des stars en tête d’affiche : Full Frontal (2002), (entièrement tourné à la caméra numérique DV et principalement en caméra « à l’épaule), avec notamment Julia Roberts, puis Solaris (2002) remake du film Solaris de 1972 d’Andreï Tarkovski, avec George Clooney. Les films ne rencontrent pas de véritables succès commerciaux, en raison de leur parti-pris esthétisant et réflexif.

Il revient vers le cinéma commercial avec Ocean’s Twelve (2004), dont la déjà large distribution s’enrichit encore avec Catherine Zeta-Jones et Bruce Willis. Le film convainc moyennement la critique, mais fonctionne très bien au box-office.

Mais toujours innovant, il sort l’année suivante un film à « tout petit » budget (1,6 million d’euros). Tourné en haute-définition, Bubble (2005) est le premier film à sortir en même temps dans les salles américaines, en DVD et en vidéo à la demande.

L’année suivante, il retrouve le studio Warner pour The Good German (2006), un film d’espionnage en noir et blanc avec George Clooney, Cate Blanchett et Tobey Maguire ayant pour cadre le Berlin de l’immédiat après-guerre. Le film se voulant un hommage aux films noirs est un échec au box-office.

L’année suivante, il enchaîne néanmoins avec un succès commercial, en concluant sa trilogie de Danny Ocean avec Ocean’s Thirteen (2007).

Section Eight ferme ses portes mars 2007. Les deux hommes ont avoué que la charge de travail devenait trop grande. Steven Soderbergh a indiqué qu’il préférait désormais se consacrer uniquement à la réalisation.

 

Derniers films (2008-2013)

En mai 2008, il présente en compétition à Cannes son biopic sur Che Guevara, interprété par Benicio del Toro. À l’origine, Che (2008) est prévu pour sortir en deux fois dans les salles (Che, 1re partie : L’Argentin puis Che, 2e partie : Guerilla). Mais au Festival de Cannes, il est présenté en une fois, soit 4 heures. Benicio del Toro reçoit d’ailleurs pour son rôle le Prix d’interprétation masculine.

Puis, il réalise deux films :

Tout d’abord The Informant! (2009), une adaptation du roman du même nom de Kurt Einchenwald, que Steven Soderbergh souhaitait réaliser depuis la fin du tournage d’Ocean’s Eleven (2001). Cette comédie d’espionnage est portée par Matt Damon qui incarne Mark Whitacre, l’informateur du FBI ayant contribué à la révélation d’un scandale financier autour de la grande société d’agro-alimentaire américaine, Archer Daniels Midland. Le film, créditant symboliquement, et une dernière fois, Section Eight comme société de production, fonctionne bien au box-office.

Soderbergh réalise ensuite le drame indépendant Girlfriend Experience (2009), son vingtième long-métrage, qui a pour tête d’affiche l’actrice de films pour adultes Sasha Grey.

Après le documentaire And Everything Is Going Fine, en 2010, il revient au cinéma avec Contagion (2011). Dans ce thriller d’anticipation, racontant la propagation à l’échelle mondiale d’un virus, il réunit une distribution comprenant Matt DamonKate WinsletMarion CotillardGwyneth PaltrowJude Law et Laurence Fishburne. Le film est un énorme succès critique et commercial.

Il enchaîne avec le film d’action et d’espionnage Piégée (2012), où il entoure l’ex-championne de MMA Gina Carano d’une distribution expérimentée. Il séduit de nouveau la presse et le public.

Quelques mois après sort Magic Mike (2012), un film à très moyen budget, dans le milieu du strip-tease masculin inspiré par l’expérience personnelle de Channing Tatum, qui a non seulement le large soutien de la critique, mais rencontre aussi un succès commercial inattendu, confirmant le statut de star de l’acteur principal. Une suite est annoncée pour 2015, mais Soderbergh se contente cette fois de produire et d’officier au montage.

La même année, il officie comme réalisateur de la seconde équipe sur le blockbuster d’action Hunger Games (2012).

Il propose son vingt-cinquième film de cinéma, un thriller psychologique sur la psychopharmacologie intitulé Effets secondaires (2013), pour lequel il retrouve Catherine Zeta-JonesJude Law, et Channing Tatum, qui entourent la nouvelle-venue Rooney Mara.

 

Passage à la télévision (2013-…)

Ne parvenant pas à développer pour le cinéma le projet d’un biopic de la vie du pianiste de music-hall Liberace, il se tourne vers la chaîne câblée HBO pour produire Ma vie avec Liberace (2013), avec Michael Douglas dans le rôle-titre et Matt Damon dans celui de son compagnon. Les prestations des deux comédiens sont largement acclamées par la critique, pour ce qui reste le seul et unique téléfilm de l’histoire du Festival de Cannes à être présenté en compétition officielle, en l’occurrence en 2013.

Il s’agit officiellement de son vingt-sixième long-métrage.

Affirmant qu’il ne réalisera plus aucun long métrage, il produit et met ensuite en scène les épisodes de la série télévisée de The Knick, diffusée sur Cinemax dès Clive Owen y incarne un chirurgien de l’hôpital Knickerbocker de New York, au début du XXème siècle.

Il produit aussi une série adaptée de Girlfriend Experience (2009), programmée pour la chaîne câblée Starz en 2015, avec cette fois Riley Keough dans le rôle-titre.

 

Retour au cinéma et collaborations avec Netflix (2016-)

Alors qu’il avait annoncé qu’il ne réaliserait plus aucun long métrage, il en réalisera un nouveau. Il s’agit d’une comédie nommée Logan Lucky (2017), dans laquelle il retrouve Channing Tatum pour la quatrième fois après Piégée (2012), Magic Mike (2012) et Effets secondaires (2013).

Il enchaine rapidement avec Paranoïa (2018), tourné avec un iPhone.

Puis il tourne High Flying Bird (2019), film sur le milieu de la NBA, et The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers (2019), film inspiré de l’affaire des Panama Papers. Les deux films sortent sur Netflix.

Il collabore ensuite avec un autre service de vidéo à la demande avec Let Them All Talk (2020) pour HBO Max. Il dirige à nouveau Meryl Streep après The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers.

 

Principales récompenses

Sexe, Mensonges et Vidéo

  • Palme d’or au festival de Cannes 1989
  • BAFTA du meilleur scénario
  • Meilleur réalisateur (Indie Spirit Awards)
  • Prix du Public à Sundance
  • nomination César du meilleur film étranger
  • nomination Oscar du meilleur scénario original
  • nomination Golden Globes du meilleur scénario
  • Meilleur réalisateur aux Indie Spirit Awards

Hors d’atteinte

  • Meilleur réalisateur (National Society of Film Critics Awards)

Traffic

  • Oscar du meilleur réalisateur
  • nomination Oscar du meilleur film
  • nomination Golden Globes du meilleur réalisateur
  • nomination Golden Globes du meilleur film
  • nomination BAFTA du meilleur réalisateur
  • nomination César du meilleur film étranger

Erin Brockovich, seule contre tous

  • Nomination Oscar du meilleur réalisateur
  • Nominatin Oscar du meilleur film

Ocean’s Eleven

  • nomination César du meilleur film étranger

Bubble

  • Nomination meilleur réalisateur (Independent Spirit Awards)

Ma vie avec Liberace

  • Meilleure réalisation aux Primetime Emmy Awards
  • Golden Globe de la meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm (ainsi que meilleur acteur pour Michael Douglas)
  • Meilleur montage d’une mini-série ou téléfilm aux American Cinema Editors Awards
Source: Wikipédia

 

x
Défiler vers le haut
Aller à la barre d’outils