Richard Pierre

Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur
Photo de Pierre Richard.

Personal Info

  • Nom de naissance: Pierre-Richard Maurice Charles Léopold Defays
  • Date de naissance: 16 août 1934
  • Lieu de naissance: Valenciennes (France)
  • Taille: 1.78 m
  • Nationalité: Français
Social:

Biography

 

Pierre-Richard Defays, dit Pierre Richard, est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur français, né le , à Valenciennes.

Devenu une vedette comique du cinéma français au début des années 1970, il connaît ses plus grands succès en interprétant des personnages burlesques, rêveurs et gaffeurs : il est à plusieurs reprises François Pignon (ou François Perrin) dans les films de Francis Veber. Il est souvent surnommé « Le Grand Blond » depuis le film Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972) réalisé par Yves Robert.

 

Enfance

Pierre-Richard Maurice Léopold Defays nait dans une grande famille bourgeoise de Valenciennes ; il est le fils de Maurice Defays, industriel qui a dilapidé la fortune familiale, et de Madeleine Paolassini. Il est également le petit-fils de Léopold Defays, directeur de l’usine sidérurgique Escaut-et-Meuse. Son prénom composé lui vient du nom de scène de Pierre Richard-Willm qui était l’acteur préféré de sa mère.

Son père étant parti avant sa naissance, il grandit auprès de sa mère et de ses deux grands-pères. Il souffrira toute sa vie du « mal de père », comme il le confie dans Le Petit Blond dans un grand parc, un récit autobiographique écrit en 1989 à l’attention de ses deux fils. Il a 7 ans lorsque pour la première fois, par hasard, il rencontre son père, sur un champ de course à Longchamp.

Pierre Richard passe son enfance et une partie de son adolescence dans le château familial de la Rougeville près de Valenciennes où il est élève au lycée Henri-Wallon, puis pensionnaire de l’institution Notre-Dame.

Séchant régulièrement les cours pour aller au cinéma, c’est Danny Kaye dans Un fou s’en va-t-en guerre (1944), qui lui révèle sa vocation.

 

Vie professionnelle

En 1953, il rejoint sa mère à Paris où il prend des cours d’art dramatique à l’école Charles Dullin. Pour satisfaire l’entourage familial et calmer les angoisses de sa grand-mère, il doit apprendre un « vrai métier ». C’est ainsi qu’il mène à bien des études de kinésithérapie, sans pour autant renoncer au monde du spectacle.

En 1958, une particularité physique, son hyperlaxité, le fait remarquer dans la série comique La Belle Équipe.

Le , il épouse Danielle Minazzoli (danseuse qu’il a rencontrée au cours Dullin) avec qui il a deux enfants, Christophe et Olivier.

En 1961, parallèlement à ses études de kinésithérapie, il débute au théâtre avec Antoine Bourseiller tout en se produisant dans des cabarets parisiens (comme l’Écluse) où il joue ses premiers sketches écrits avec Victor Lanoux. Pendant cinq ans, les deux amis écrivent des sketches qu’ils interprètent dans la plupart des cabarets de la rive gauche, et souvent en première partie des concerts de Georges Brassens.

Il débute au cinéma dans Alexandre le bienheureux (1968) d’Yves Robert.

Dans les années 1970, classé comme un comique « burlesque » et « poétique », Pierre Richard s’efforce également d’introduire dans les films qu’il réalise et interprète un aspect « dénonciateur », qu’il s’agisse de tourner en dérision la publicité avec Le Distrait (1970), la télévision avec Les Malheurs d’Alfred (1972), ou les ventes d’armes avec Je sais rien mais je dirai tout (1973). Par la suite, pris dans ce qu’il appelle « la spirale du succès », il tourne davantage pour d’autres réalisateurs que lui-même, oubliant les aspects contestataires de ses premiers films ; il reconnaît a posteriori s’être « un peu perdu » dans des comédies plus commerciales. S’il déclare assumer sa carrière, il juge certains des films qu’il a lui-même réalisés, comme C’est pas moi, c’est lui (1979) et Droit dans le mur (1997), plutôt ratés.

Il réalise son premier film, Le Distrait (1970), produit par La Guéville, la maison de production d’Yves Robert et de Danièle Delorme, suivi par Les Malheurs d’Alfred (1972), et Je sais rien, mais je dirai tout (1973).

Il continue d’enchaîner les succès en retrouvant Yves Robert pour tourner Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972), et sa suite, Le Retour du grand blond (1974), tous deux scénarisés par Francis Veber, qui lui confie ensuite le premier rôle du Jouet (1976), son premier long-métrage en tant que réalisateur.

Il fonde en 1974 la société de production Fideline Films, qui le suivra jusqu’en 2013, année de sa revente à la Gaumont.

Au début des années 1980, Francis Veber et Pierre Richard entament une collaboration fructueuse pour trois comédies à succès, La Chèvre (1981), Les Compères (1983) et Les Fugitifs (1986), où Pierre Richard partage l’affiche avec Gérard Depardieu.

En 1987, il produit et réalise, à Cuba et en Amérique du Sud, un documentaire sur Che Guevara, personnage qu’il dit avoir admiré comme beaucoup de jeunes de l’époque et à qui il souhaitait rendre hommage, Parlez-moi du Che.

Dans les années 1990, il diversifie son registre, s’éloigne du burlesque dans des films comme Les Mille et une recettes du cuisinier amoureux (1996), mais ne retrouve pas le succès commercial que lui avaient valu ses films comiques.

Il revient à la réalisation avec On peut toujours rêver (1991) et, avec Droit dans le mur (1997), film qui se nourrit de son parcours mais qui se révèle un échec commercial (18 000 entrées en France), marquant sa fin comme réalisateur.

Pierre Richard obtient ses plus grands succès dans des rôles de personnages maladroits, souvent lunaires. Lui-même voit une constante dans ses films en tant que réalisateur, comme dans ceux qu’il a tournés pour d’autres : « l’inadaptation de [s]on personnage, son décalage au monde dans lequel il évolue ».

Il est de retour à Cuba pour la télévision, pour le film Robinson Crusoé (2003) d’après le roman de Daniel Defoe. Le tournage a lieu, en majeure partie, sur les plages de Baracoa, à l’extrémité de l’île cubaine.

En 2005, Pierre Richard est président du jury du Festival des Très Courts. La même année, un documentaire lui est consacré, Pierre Richard, l’art du déséquilibre, réalisé par Jérémie Imbert et Yann Marchet. Ce film retrace la carrière du « Grand Blond » avec les témoignages d’artistes ayant collaboré avec lui.

Le , Pierre Richard reçoit le César d’honneur, décerné pour l’ensemble de sa carrière par l’Académie des arts et techniques du cinéma et remis par le comédien Clovis Cornillac, un de ses partenaires dans Le Cactus (2005).

Il tourne pour la première fois sur le sol québécois, Le Bonheur de Pierre (2010), qui sort en  au Canada et en  en France.

Il joue son propre rôle dans Cinéman (2009), et tient le rôle-titre de Victor.

En 2014, Pierre Richard lance sa Web TV, l’année de ses 80 ans. On le retrouve dans différentes vidéos, dont une caméra cachée avec ses amis québécois.

 

Vie familiale

Les deux fils de Pierre Richard sont musiciens et acteurs : Olivier Defays (né le 1965), saxophoniste du duo Blues Trottoir (il accompagne son père sur scène dans Franchise postale) et Christophe Defays, contrebassiste.

Pierre Richard est six fois grand-père. L’un de ses trois petits-fils, Arthur Defays, est mannequin.

 

Personnages courants

Parmi ses plus grands rôles au cinéma, il est arrivé à Pierre Richard de jouer divers personnages portant un même nom mais sans le moindre rapport entre eux. Ainsi il se nomme :

  • François Perrin dans :
    • Le Grand Blond avec une chaussure noire et Le Retour du grand blond, un violoniste utilisé comme « piège à con » et pris pour un agent secret,
    • On aura tout vu, un photographe qui écrit un scénario et le vend à un producteur de pornographie (Jean-Pierre Marielle),
    • Le Jouet, un journaliste acheté tel un jouet dans un grand magasin par le fils d’un puissant homme d’affaires (Michel Bouquet),
    • La Chèvre, un comptable incroyablement malchanceux envoyé au Mexique assisté d’un détective privé (Gérard Depardieu) ;
  • Pierre Renaud dans :
    • Je suis timide mais je me soigne, un caissier d’hôtel souffrant d’une timidité maladive et tentant de séduire une riche cliente avec l’aide d’un agent matrimonial (Aldo Maccione),
    • C’est pas moi, c’est lui, un nègre écrivant pour un même auteur et saisissant sa chance en travaillant avec un célèbre producteur (Aldo Maccione) ;
  • François Pignon dans :
    • Les Compères, un instituteur dépressif au chômage, chargé de mener une enquête en compagnie d’un journaliste macho (Gérard Depardieu),
    • Les Fugitifs, un cadre au chômage depuis trois ans, père d’une petite fille de cinq ans, ratant un hold-up et contraint à la cavale en compagnie d’un ancien cambrioleur (Gérard Depardieu).

 

Discographie

Pierre Richard s’est aussi essayé à la chanson

  • 1971 : Les Malheurs d’Alfred
  • 1983 : Madame Sardine
  • 1985 : Bogart et moi
  • 1985 : Le Câblé accablé
  • 1985 : Le Répondeur automatique
  • 1992 : Le Gorille (reprise de la chanson de Georges Brassens)
  • 2007 : La Voix du Prophète – le Prophète de Khalil Gibran est interprété par Pierre Richard
  • 2009 : Tête en l’air (participation à une chanson des ZiM’s
  • 2012 : Quand on s’ra grands (participation à une chanson des ZiM’s

 

Publications

  • Pierre Richard, Le petit blond dans un grand parc, éditions Olivier Orban, 
  • Pierre Richard (en collaboration avec Christophe Duthuron), Comme un poisson sans eau, détournement de mémoire, éditions du Cherche-Midi, 
  • Pierre Richard et Gwendal Le Bec, Le petit blond avec un mouton blanc, Paris, éditions Gallimard Jeunesse Giboulées, , 75 p.
  • Pierre Richard et Jérémie Imbert. Je sais rien mais je dirai tout. (autobiographie) Préface de Gérard Depardieu. Éditions Flammarion, 2015

 

Autres activités

  • Depuis 1986, il est également exploitant agricole. Il possède 50 hectares de vigne et son entreprise produit environ 80 000 bouteilles par an (Rouge et Rosé), sous l’étiquette Château Bel Évêque à Gruissan dans l’Aude.
  • Il s’est engagé en faveur de l’association Tchendukua Ici et Ailleurs d’Éric Julien, qui soutient les Indiens kogi de Colombie, les Gardiens de la Terre.
  • Depuis 2007, il est aussi le parrain de l’Association de Solidarité Franco-Nigérienne (ASSOFRANI) dont le but est de réaliser des puits au Niger.
  • En 2011, il soutient officiellement le chef Raoni dans sa lutte contre le Barrage de Belo Monte.
  • En 2012, il soutient la création d’une gare TGV à Narbonne dans le cadre du projet de ligne Montpellier-Perpignan, notamment en participant à une campagne publicitaire diffusée nationalement.

 

Distinctions

  • Festival de Karlovy Vary 1996 : Meilleur acteur pour Les Mille et Une Recettes du cuisinier amoureux
  •  Officier de la Légion d’honneur (décret du ).
  •  Officier de l’ordre national du Mérite (décret du ).
  • Festival Juste pour rire de Montréal 2004 : Prix Hommage
  • Césars 2006 : César d’honneur
  • Magritte d’honneur 2015 (Belgique).

 

Reportages

  • Un jour, un destin : Pierre Richard, l’incompris de Laurent Allen-Caron – diffusé sur France 2 le .
Source: Wikipédia

 

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Photo de Pierre Richard.

Bande annonce Le grand blond avec une chaussure noire (1972)

Acteur, Réalisateur, Scénariste, Producteur

x
Scroll Up
Aller à la barre d’outils