fbpx

Réalisatrice, Scénariste
Photo de Agnès Varda.

Informations personnelles

  • Nom de naissance: Arlette Varda
  • Date de naissance: 30 mai 1928
  • Lieu de naissance: Ixelles (Belgique)
  • Nationalité: Belge
  • Date de décès: 29 mars 2019
Social:

Biographie

 

Agnès Varda, née le 30 mai 1928 d’un père grec et d’une mère française, fuit la Belgique en 1940 pour s’installer avec sa famille à Sète où elle vit son adolescence.

Venue à Paris, elle étudie la photographie à l’École des beaux-arts et l’histoire de l’art à l’École du Louvre. Jean Vilar, dont elle connait la femme depuis son adolescence sétoise, lui offre un emploi de photographe au TNP (Théâtre national populaire) qu’il dirige alors. De sa liaison avec Antoine Bourseiller naît Rosalie Varda, future costumière de cinéma.

En 1954, avec peu de moyens, elle tourne son premier long métrage de fiction, La Pointe courte (1955) joué par Philippe Noiret et Silvia Monfort et monté par Alain Resnais. Ce film fera date. Il apporte un souffle de liberté sur le cinéma français, comme l’écrit la Revue belge du cinéma : « Tout le nouveau cinéma est en germe dans La Pointe courte film d’amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. Chronique néo-réaliste d’un village de pêcheurs et dialogue d’un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n’a jamais caché l’influence que ce film a eu sur lui. »

Elle rencontre le réalisateur Jacques Demy, son futur époux, au Festival de Tours en 1958. Ils seront les parents de Mathieu Demy et Jacques Demy adoptera Rosalie Varda.

Elle réalise Cléo de 5 à 7 (1962), un film sur une belle chanteuse qui erre dans Paris, se croyant mortellement malade. Puis, avec Les Créatures (1966) et Le Bonheur (1965), elle produit d’autres films qui font d’elle, dans les années 1960, l’une des premières représentantes du jeune cinéma français. Aux côtés de la Nouvelle Vague, on parle plutôt, à son sujet, comme de Jacques Demy, de Chris Marker ou d’Alain Resnais, de cinéma de la « Rive gauche », afin de marquer une différence sociologique et politique.

Entre 1968 et 1970, elle séjourne à Los Angeles, où elle réalise un film hippie-hollywoodien, Lions Love (1970), ainsi que plusieurs courts documentaires. De retour en France, elle tourne un film féministe et optimiste : L’une chante, l’autre pas (1977). Elle est l’une des femmes qui signent en 1971 le manifeste des 343 en France.

Puis, repartie à Los Angeles entre 1979 et 1981, elle tourne un documentaire très remarqué sur les peintures murales, Mur murs (1982), et une fiction inspiré de sa vie à Venice Documenteur (1981). Durant son premier voyage, elle fait connaissance de Jim Morrison, chanteur du groupe The Doors ; ce dernier avait par ailleurs obtenu un diplôme en cinématographie à l’UCLA en 1965. Elle fut l’une des rares personnes à l’avoir vu mort chez lui et à avoir assisté à son enterrement au cimetière du Père-Lachaise.

En 1983, elle est membre du jury des longs métrages du 40ème Festival de Venise.

Sans toit ni loi (1985), mettant en vedette Sandrine Bonnaire, lui vaut le Lion d’or à la Mostra de Venise 1985. En 1987, elle filme les états d’âme de Jane Birkin, qui, venant de franchir la barre des 40 ans, vit de douloureux moments professionnels ; Varda en fait deux films de fiction : Jane B. par Agnès V. (1988) et Kung-Fu Master (1988), aussi connu sous le titre du Petit Amour.

Après la mort de Jacques Demy en 1990, elle lui rend hommage avec trois films : Jacquot de Nantes (1981), une fiction et deux documentaires : Les demoiselles ont eu 25 ans (1993) et L’Univers de Jacques Demy (1995).

Pour le centième anniversaire du cinéma, avec l’appui de plusieurs vedettes, elle crée Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma (1995), une fantaisie faite de clins d’œil et de références au cinéma, mais qui est un échec.

Les Glaneurs et la Glaneuse (2000) est un autre moment important dans sa carrière. L’utilisation d’une caméra numérique lui permet de réaliser seule ce documentaire qui est bien accueilli par les critiques et le public, et auquel elle donne une suite sous le titre Deux ans après (2003).

Elle est membre du jury des longs métrages au festival de Cannes 2005 et la Cinémathèque québécoise lui rend hommage avec une rétrospective filmographique et une exposition photographique.

Elle réalise les multiples suppléments pour la sortie du DVD de collection Cléo de 5 à 7 (1962) et Daguerréotypes (1975).

En 2006, elle est invitée, « vieille cinéaste, jeune plasticienne », à investir la Fondation Cartier pour l’art contemporain dans une exposition qu’elle intitule L’Île et Elle.

En 2007, en hommage à Jean Vilar, elle expose ses photos au festival d’Avignon.

Dans le long-métrage autobiographique Les Plages d’Agnès (2008), elle revient sur sa vie et sur son travail, et obtient le César du meilleur film documentaire lors de la 34ème cérémonie des César.

Le , elle reçoit un prix Henri-Langlois d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, à l’occasion des Rencontres internationales du cinéma de patrimoine et de films restaurés de Vincennes ; et le , elle devient commandeur de la Légion d’honneur.

Elle est, depuis le 22 septembre 2010, docteur honoris causa de l’Université de Liège.

Lors du Festival de Cannes 2013, elle est présidente du jury de la Caméra d’or.

Elle est élevée à la dignité de grand-croix de l’ordre national du Mérite en 2013.

Elle a reçu le Léopard d’honneur lors du 67ème Festival international du film de Locarno.

En 2015, la palme d’honneur du festival de Cannes lui est décernée. Elle le reçoit comme un prix de « résistance et d’endurance », dit-elle dans son discours.

Juste après Cannes, un projet avec le photographe JR (artiste) soulève la polémique. Leur projet au titre évocateur AV et JR deux artistes en goguette va engendrer incompréhension et critiques acerbes. Le projet, porté par des artistes reconnus, fait appel à la générosité publique d’une plateforme de financement participatif KissKissBankBank type de financement habituellement réservé pour le lancement de nouveaux artistes. Les medias qualifient le projet et sa démarche, au mieux de candide et maladroite, au pire de condescendante et démagogique. Le projet débouche pourtant au final sur le long-métrage documentaire Visages, villages, qui reçoit L’Œil d’or (prix du documentaire) au festival de Cannes 2017 puis, lors de sa sortie en début d’été de la même année, un accueil favorable à la fois critique et spectateurs.

 

Autres

  • 1965 : Christmas Carol : « Dix minutes ont été tournées avec Gérard Depardieu débutant… Ça aurait été un film sur la jeunesse d’avant 68, mais je n’ai pas eu l’avance et le distributeur a renoncé » (propos d’Agnès Varda dans Positif no 253, avril 1982)
  •  : installation au Panthéon de Paris pour la cérémonie de la pose d’une plaque à la mémoire des Justes parmi les nations de France ; deux films inédits sur 4 écrans et quelque 300 portraitsde Justes.

 

Distinctions

Honneurs

  • 2009 : Commandeur de la Légion d’honneur
  • 2010 : Docteur honoris causa de l’université de Liège
  • 2011 : Lauréate du Prix de l’Académie royale de Belgique
  • 2012 : Prix Jean Vigo d’honneur
  • 2013 : Grand-croix de l’ordre national du Mérite
  • 2015 : Festival de Cannes : Palme d’honneur
  • 2017 : Grand-officier de la Légion d’honneur, .

 

Récompenses

  • 1955 : Prix de L’Âge d’or à Bruxelles pour La Pointe courte.
  • 1955 : Grand Prix du film d’avant-garde de Paris pour La Pointe courte.
  • 1958 : Prix de la Fédération internationale des ciné-clubs (FICC) à EXPRMNTL pour L’Opéra-Mouffe.
  • César 1984 : César du meilleur court métrage documentairepour Ulysse.
  • Mostra de Venise 1985 : Lion d’or pour Sans toit ni loi.
  • César 2001 : César d’honneur.
  • Prix René-Clair 2002 à Agnès Varda pour l’ensemble de son œuvre.
  • César 2009 : César du meilleur film documentaire pour Les Plages d’Agnès.
  • Prix FIAF 2013 : en reconnaissance de son action pour la sauvegarde du patrimoine cinématographique.
  • Festival international du film de Locarno 2014 : Léopard d’honneur Swisscom décerné à Agnès Varda pour sa contribution à un cinéma tel que le festival le défend depuis sa création.
  • Festival de Cannes 2015 : Palme d’honneur décernée à Agnès Varda, première femme à recevoir cette distinction attribuée à un grand réalisateur, dont l’œuvre fait autorité dans le monde sans qu’il n’ait jamais reçu de Palme d’or.
  • Festival de Cannes 2017 : L’Œil d’or (prix du documentaire) pour Visages, villages.
  • Cérémonie des Governors Awards : Oscar d’honneur(), pour l’ensemble de sa carrière.

 

Nominations

  • César 1977 : nomination au César du meilleur court métrage documentaire pour Réponses de femmes
  • César 1986 : nomination au César du meilleur film pour Sans toit ni loi
  • César 1986 : nomination au César du meilleur réalisateur pour Sans toit ni loi

 

Hommages

  •  Une salle de cinéma porte son nom à La Tranche-sur-Mer en Vendée, L’Isle-d’Abeau (Isère) une médiathèque porte son nom, à Beauvais dans l’Oise, à Juvisy-sur-Orge dans l’Essonne et à Joigny dans l’Yonne.
  • Un collège porte son nom à Ligné en Loire-Atlantique.
  • Une traverse (ruelle) porte son nom dans le quartier de la « Pointe courte » à Sète, où elle tourna son premier long métrage, La Pointe courte (1955).
  • L’école maternelle Ferdinand Buisson de Sète a été rebaptisée en son nom.
  • Une école de photographie et de techniques visuelles porte son nom à Bruxelles.
  • Un amphithéâtre porte son nom à l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand.

 

Vidéographie

  • Tout(e) Varda de Agnès Varda, Arte Vidéo/Ciné-Tamaris, 21 novembre 2012, 22 DVD PAL, toutes zones, mono et stéréo, audio anglais et français, sous-titres sourds et malentendants (durée environ 50 heures) + album 132 pages + 3 surprises (2 DVD et 1 pochette) Intégrale de ses courts et longs métrages.

 

Publications

  • La Côte d’Azur, d’azur, d’azur, d’azur, collection Lieu dit, Les Éditions du Temps, 1961.
  • Varda par Agnès, Éditions des Cahiers du Cinéma, Paris, 1994 ; réédition 2005 (ISBN 978-2-86642-440-4).
  • Les Plages d’Agnès, texte illustré du film d’Agnès Varda, collection Mémoires de César, Éditions de l’Œil, 2010 (ISBN 978-2351370872)
Source: Wikipédia

 

Filmographie

 

Longs métrages

    • Titre

      Note


    • 7.2 /10

    • Cléo de 5 à 7 (1962)

      Comédie


      8.0 /10

    • Le bonheur (1965)

      Drame, Romantique


      7.7 /10

    • Les créatures (1966)

      Drame, Fantastique


      6.7 /10

    • Lions Love (1969)

      Comédie


      5.9 /10

    • L’une chante, l’autre pas (1977)

      Drame


      6.9 /10

    • Documenteur (1981)

      Drame


      7.1 /10

    • Sans toit ni loi (1985)

      Drame, Romantique


      7.8 /10

    • Jane B. par Agnès V. (1988)

      Biographie


      7.2 /10

    • Kung-fu master! (1988)

      Drame, Romantique


      6.9 /10

    • Jacquot de Nantes (1991)

      Biogrphie, Drame


      7.6 /10

    • Les cent et une nuits de Simon Cinéma (1995)

      Comédie, Romantique, Histotique


      6.2 /10

 

Documentaires
      • Titre

        Note

      • Du côté de la côte (1958)

        Historique


        7.2 /10

      • Elsa la rose (1966)

        Court métrage


        6.8 /10

      • Loin du Vietnam (1967)

        Drame, Guerre


        7.5 /10

      • Black Panthers (1969)

        Court métrage


        6.9 /10

      • Daguerréotypes (1976)

        Portrait


        7.6 /10

      • Mur murs (1981)

        Court métrage


        7.1 /10

      • Les dites cariatides (1984)

        Court métrage


        6.9 /10

      • Les demoiselles ont eu 25 ans (1993)

        Musical


        7.2 /10

      • L’univers de Jacques Demy (1995)

        Biographie


        7.5 /10

      • Les glaneurs et la glaneuse (2000)

        Drame


        7.6 /10

      • Les glaneurs et la glaneuse… deux ans après (2002)

        Drame


        7.1 /10

      • Ydessa, les ours et etc. (2004)

        Court métrage

        <


        7.4 /10

      • Cinévardaphoto (2004)

        documentaire


        7.7 /10

      • Quelques veuves de Noirmoutier (2006)

        Documentaire


        6.8 /10

      • La Rue Daguerre en 2005 (2005)

        Documentaire


        6.7 /10

      • Les plages d’Agnès (2008)

        Biographie


        8.0 /10

      • Visages, Villages (2017)

        Documentaire


        8.2 /10

 

Courts métrages
        • Titre

          Note

        • O saisons, ô châteaux (1958)

          Documentaire


          7.1 /10

        • L’opéra-mouffe (1962)

          Drame, Romantique


          6.5 /10

        • La cocotte d’azur (1958)

          Documentaire


          7.6 /10

        • Les fiancés du pont Mac Donald (1961)

          Comédie, romantique


          6.8 /10

        • Uncle Yanco (1967)

          Documentaire


          6.9 /10

        • Salut les Cubains (1971)

          documentaire, Animation


          7.2 /10

        • Réponse de femmes: Notre corps, notre sexe (1975)

          Documentaire


          6.4 /10

        • Plaisir d’amour en Iran (1976)

          Romantique


          6.4 /10

        • Ulysse (1983)

          Documentaire


          7.4 /10

        • 7p., cuis., s. de b., … à saisir (1984)

          Thriller


          6.8 /10

        • Histoire d’une vieille dame (1985)

          Documentaire


          6.5 /10

        • T’as de beaux escaliers, tu sais (1986)

          Documentaire


          6.4 /10

        • Le lion volatil (2003)

          Romantique


          6.3 /10

        • Der Viennale ’04-Trailer (2004)

          Court métrage


          6.1 /10

 

Télévision
        • Titre

          Note

        • Nausicaa (1970)

          Film TV


          7.8 /10

        • Daguerréotypes (1976)

          Documentaire


          7.6 /10

        • Une minute pour une image (1983)

          Documentaire


          7.1 /10

        • Agnès de ci de là Varda (2011)

          Mini série TV, Documentaire


          7.9 /10

x
Défiler vers le haut
Aller à la barre d’outils